d04cddb12371ca8766c40b54131e7ae1MYTHES ET RÉALITÉS À PROPOS DE L'ENTREPRENEUR

De nombreuses idées reçues et représentations sur l'entrepreneur sont véhiculées dans le monde entier. Nous allons tenter de reprendre, dans cette section, celles qui reviennent le plus fréquemment.

1.Entreprendre relève de l'inné, non de l'acquis ?

L'entrepreneur serait né avec un sixième sens, une capacité intuitive à entreprendre et à réaliser des actions spectaculaires. Sans son intuition innée, l'entrepreneur ressemblerait au commun des mortels. Alors que l'enseignement de l'entrepreneuriat est dans une phase de développement accéléré et que ce mouvement accrédite le fait qu'il est possible d'apprendre à entreprendre, il peut sembler étonnant que cette idée ait encore du poids. Mais à y regarder de près,les journaux économiques évoquent régulièrement le parcours et la réussite de grands entrepreneurs. L'image héroïque présentée dans les médias est chargée généralement d'énergie et de puissance. De fréquentes biographies d'entrepreneurs soulignent leur capacité instinctive à identifier des opportunités inaccessibles à la majorité d'entre nous. Ils savent aussi prendre, dans toutes les circonstances, les bonnes décisions, celles qui les conduisent au succès. Cela implique que sans cette faculté intuitive innée, ces individus ressembleraient au commun des mortels. Cette idée d'un entrepreneur inné, différemment de ce que nous pourrions penser, reste très active. Des chercheurs, par exemple, s'attachent à démontrer actuellement que les gènes et l'hérédité peuvent permettre de caractériser l'entrepreneur et d'expliquer ses comportements.

L'entrepreneur inné est, pour nous, largement un mythe. Même si certains individus naissent avec plus d'énergie ou plus de « flair » que d'autres, ces aptitudes resteraient probablement en jachère ou peu utilisées, si elles n'étaient pas complétées par d'autres caractéristiques, telles que des connaissances, des compétences, des savoir-faire et des expériences accumulés pendant des années. D'autre part, ce mélange inné et acquis, ne peut s'exprimer que dans des situations et des contextes d'action spécifiques, qui rendent la combinaison active ou non, appropriée ou non, gage de réussite ou non.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                 …

Dr. DJOUDI Hanane

(Alain FAYOLLE, 2012)

 


122Le design thinking ( La pensée design)

Le Design Thinking est tout simplement un terme utilisé pour désigner l’ensemble des méthodes et des outils qui aident, face à un problème ou un projet d’innovation, à appliquer la même démarche que celle qu’aurait un designer.

On peut également parler de « méthodologie » d’intelligence collective qui place l’humain, ses usages et besoins au centre de la réflexion. Concrètement, l’idée est de mettre en place une équipe pluridisciplinaire et volontaire, composée de communicants, d’ingénieurs, de dirigeants, de consommateurs ou usagers par exemple, afin de solutionner une problématique donnée par une marque ou une entreprise.

Le design thinking est né dans la SiliconValley au milieu des années 2000. A la suite des travaux de l’ingénieur David Kalley et du designer Tim Brown à la tête de IDEO.

La définition la plus récurrente dans la littérature pour définir le design thinking est certainement celle de Brown (2008 ) :

«ledesign thinking est une discipline qui utilise la sensibilité et les méthodes d’un designer pour satisfaire les besoins des individus avec ce qui  est technologiquement faisable et ce qui est économiquement viable,et ce qui peut convertir en une opportunité de marché et valeur pour le client».

Donc le design thinking peut se résumer comme une approche cohérente sur trois dimension :la viabilité, la faisabilité et la désirabilité.

index desing

1. Solutionsdésirables (correspondant aux attentes des usagers);

2. Solutionsfaisables (fonctionnelles et réalisables compte tenu de l’état de la technique);

3. Solutionsviables (qui s’intègrent dans un modèle économique durable).

 

BRAHIMI. NAWEL

(Entreprendre &innover N19,2013)

(Harvard Business revue ,June ,2008)

 

________

statics33

Adresse

 

 

 

 

 

Campus centrale de l’université de Biskra, au premier étage

de bloc des bureaux des enseignants à coté de la Faculté des Sciences

Economiques et Commerciales et des Sciences de Gestion, 07000, Biskra - Algérie.

 

  • Tél/Fax: 033 54 32 08

  • Email: me.biskra@univ-biskra.dz

Les visiteurs du site

Me Biskra

Designed By Sabah Hadef & Hani Bousselaoui, Copyright ©2018 - 2019